Copyright et Mentions légales
2016 - Tous droits réservés
MEDITATIONS 2017-04-03T18:43:32+00:00

Project Description

MEDITATIONS

Mirare, 2015
Emmanuelle Bertrand / Eric-Maria Couturier / Emmanuel Gaugué / Xavier Phillips / Raphaël Pidoux / Roland Pidoux / Nadine Pierre / François Salque, violoncelle

Bloch, Prière
Casals, Chant des oiseaux
Rachmaninov, Vocalise
Dvorak, Légende (Largo de la Symphonie du Nouveau Monde Op. 95)
Offenbach, Les larmes de Jacqueline Op. 76 n°2
Fauré, Après un rêve Op.7 n°1
Schumann, Gedichte Op. 35 n°12 “Alte Laute”
Schumann, Liederkreis Op. 39 n°1 “In der Fremde”
Schumann, Liederkreis Op. 39 n°5 “Mondnacht”
Schumann, Liederkreis Op. 39 n°7 “Auf einer Burg”
Wagner, Tannhäuser “O du, mein holder Abendstern”
Verdi, Don Carlo “Ella giammai m’amo”
Tchaikovsky, Quatuor à cordes n°3 Op. 30 (Andante funèbre “E doloroso ma con moto”)

L’idée de ce programme vient de René Martin pour la Folle Journée. La transcription, un pari fou, un défi compositionnel, formel, recherche sonore… Flaubert n’écrivait-il pas ” la forme, c’est le fond qui remonte à la surface “?
C’est l’envie de faire de la musique ensemble, motivée par une entente parfaite et un sens du partage qui a poussé huit fleurons de l’école française de violoncelle à se lancer dans ce projet commun.
Faire jouer huit violoncelles ensemble, réunis pour faire entendre les plus beaux extraits symphoniques et les plus belles pages de l’art vocal… Voilà le pari qui a été pris par les Violoncelles français.
Déjà au XVIIIe siècle, la viole de gambe excellait à jouer en consort, qui réunissait des instruments d’une même famille dont les tailles différentes correspondaient à peu près aux tessitures de la voix humaine : soprano, alto, ténor et basse. Il en ressortait un son doux et suintant, une polyphonie remarquable par ses combinaisons riches et finement nuancées. Lorsque la viole de gambe est détrônée par le violoncelle, la virtuosité technique du soliste prime sur le « jouer ensemble ».
En ce début de XXIe siècle, les Violoncelles Français veulent rendre hommage à la polyphonie des violes d’autrefois, tout en apportant la technique spécifique du violoncelle. L’exploitation de sa tessiture sur quatre octaves permet de prendre des risques émotionnels et techniques. C’est un état de fait : le potentiel du violoncelle s’avère incroyable ! Richesse absolue des timbres, puissance et noblesse…